Manifestation et violences: une vingtaine de mandats d’amener émis

By | 10 novembre 2019
Spread the love

Le gouvernement démissionnaire annonce des poursuites judiciaires contre des individus impliqués dans des actes de violence durant les manifestations populaires. « Des avis de recherche ainsi que des mandats d’amener ont émis », informe le Bureau du Secrétaire d’Etat à la Communication, dans un communiqué rendu publique vendredi. 

Le gouvernement démissionnaire annonce l’ouverture d’une première enquête autour notamment de la « tentative d’incendie » perpétrée dimanche 27 octobre contre l’ambassade du Canada à Port-au-Prince. « Le Commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince a instruit le responsable de la Direction centrale de la police judiciaire, afin de prendre les dispositions nécessaires », informe le Bureau du Secrétaire d’Etat à la Communication. En ce sens, le gouvernement a déjà émis des avis de recherche contre les nommés Killick et Kadafi, ainsi connus.

Le chef du parquet de la capitale a également ordonné à la DCPJ de lancer un avis de recherche contre le nommé Wilkenson Benjamin, « auteur présumé des actes de violence et tentative d’assassinat contre le Directeur général du CNE, Kenton Louis au niveau de l’Arcahaie ».

D’un autre côté, la Direction centrale de la police judiciaire a été instruite d’enquêter sur l’incident produit à Pétion-ville, lors d’une manifestation tenue le 20 octobre dernier, à l’initiative de l’autoproclamé prophète Mackenson Dorilas. Le gouvernement veut faire la lumière sur l’accident de la route ayant fait plusieurs blessées durant ce mouvement.

Par ailleurs, une vingtaine de mandats d’amener a été lancés contre des individus pour pillage, association de malfaiteurs, vol à main armée, destruction de biens au préjudice de l’Etat. Sur la liste, les nommés Shelove ainsi connu, Valéry Révolus, Robens Nelson, Wilfrid Barthelmy, qui ont, selon l’équipe au pouvoir, commis ces infractions dans la commune Gressier. A l’Arcahaie, un mandat d’amener a été émis contre Maxo Guerrier, toujours pour les mêmes infractions.

Cette démarche, selon la Secrétairerie d’Etat à la Communication, permettra aux autorités judiciaires de poursuivre et de traîner par devant la justice, « les auteurs présumés d’actes de violence et de troubles à l’ordre public à travers le pays enregistrés ces derniers jours lors de mouvements non pacifiques ». « Ces actions visent à libérer la population, tops longtemps séquestrée par les bandes armées qui profitent des moments de trouble et de confusion pour se livrer à des méfaits sur les paisibles citoyens », a dénoncé l’Exécutif.

Rappelons que le président Jovenel Moïse a condamné, jeudi, les actes de violences perpétrés dans les mouvements de protestation à Port-au-Prince. Prenant part à la cérémonie de remise de chèques aux bénéficiaires du programme PAPEJ au Palais national, le chef de l’Etat a adressé ses sympathies aux victimes, particulièrement celles de l’attaque perpétrée contre un minibus au Champs-de-mars.

« Haïti n’en peut plus. Le pays ne peut pas accepter ces actes, qui sont l’œuvre de véritables pyromanes », a-t-il lancé. Pour Jovenel Moïse, « il y a des gens qui se réjouissent dans le chaos, dans le feu et dans la mort des autres ».

Source: Loophaiti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *