Jovenel Moise prévoit de « prendre son 1er décret d’ici cette semaine » annonce Aljazeera TV

By | 16 janvier 2020

Aljazeera TV : « Le vide du pouvoir législatif pourrait porter un coup important à la gouvernance démocratique dans le pays le plus pauvre des Amériques, trois décennies depuis la fin de la dictature de la famille Duvalier« .

JOVENEL MOISE À REUTERS : LE PLUS GROS PROBLÈME D’HAÏTI EST LA FAIBLESSE DE SES INSTITUTIONS PUBLIQUES

Les manifestants ont promis de retourner dans la rue pour demander au président Jovenel Moise de démissionner, a rapporté le journal arabe Aljazeera TV, dans son édition de nouvelles en ligne.

Selon Aljazeera, le président haïtien Jovenel Moise pourrait gouverner par décret pas plus tard cette semaine, un scénario qui, selon le chef de l’Etat, aiderait à sortir de l’impasse politique la nation, mais, poursuit le journal, « les critiques craignent que de tels actes posés (sans parlement) viennent saper la fragile démocratie en Haïti« . Dans un pays de 10 millions d’habitants, Jovenel Moise n’a obtenu que moins de 600 000 voix.

Dans les premières heures de lundi, le président a déclaré que les mandats des députés de la chambre basse et de la plupart des sénateurs avaient officiellement expiré car aucun successeur n’avait été élu en octobre vu le non respect de l’échéance électorale par le pouvoir exécutif majoritaire dans les deux chambres.

« Le plus gros problème d’Haïti est la faiblesse de ses institutions publiques« , a déclaré Moise à l’agence de presse Reuters dans une interview, alors que le président est accusé d’asservir la justice pour pouvoir mieux persécuter ses adversaires politiques l’indexant dans la corruption et sa participation dans la dilapidation de fonds de Petro Caribe.

Aljazeera rappelle que « sous la direction de son prédécesseur, Michel Martelly, le Parlement haïtien a été dissous en janvier 2015 lorsque les dernières négociations pour un accord qui aurait permis de prolonger les mandats des législateurs, avaient échoué« .

Martelly qui avait promis de prendre un seul décret – le décret électoral -, a fini par régner à coup de décrets jusqu’à la fin de son mandat forcé le 7 février 2016 et non le 11 mai 2016.

Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *