Le légendaire saxophoniste Manu Dibango emporté par le Covid-19

por | 25 marzo 2020

La fureur de la pandémie Coronavirus n’épargne personne. Le célèbre musicien camerounais Manu Dibango s’est éteint ce 24 mars à Paris, emporté par le Covid-19


« Manu Dibango, saxophoniste et légende de l’afro-jazz, est décédé à 86 ans. L’auteur d’un des plus grands tubes planétaires de la musique world, “Soul Makossa”, est la première célébrité mondiale à décéder des suites du #covid_19, a tweeté AFP qui informe que “Les obsèques auront lieu dans la stricte intimité familiale, et un hommage lui sera rendu ultérieurement dès que possible”, citant une note publiée sur la page Facebook de l’artiste, « tenue par son entourage ».

Les hommages venant de nombreuses institutions, personnalités liées au monde de la musique et de la culture, en général ne se sont pas fait attendre

L’Organisation internationale de la francophonie salue le départ d’un promoteur de la langue française. « C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris le décès de #ManuDibango. Citoyen du monde, il était un ardent promoteur de la langue française et des idéaux de la Francophonie” : @LMushikiwabo et toute la Francophonie rendent hommage à “Papa Manu”, écrit la secrétaire générale de l’OIF, la Rwandaise Louise Mushikiwabo sur le compte officiel de l
Organisation.


Pour le ministre français de la culture Franck Riester, « le monde de la musique perd l’une de ses légendes. La générosité et le talent de Manu Dibango ne connaissaient pas de frontières. Chaque fois qu’il montait sur scène, il se donnait sans retenue à son public pour le faire vibrer d’émotion. Je pense à sa famille et à ses proches ».

La Maire de Paris, Anne Hidalgo, l’ancien ministre Jack Lang, des artistes, tels que Youssou Ndour, Angélique Kidjo figurent sur la longue liste de personnalités qui ont rendu hommage à Manu Dibango, Emmanuel N’Djoké Dibango, de son nom de naissance.
Auteur de la chanson légendaire « Soûl Makossa », face B du 45 tours officiel de la 8e édition Coupe d’Afrique des Nations de football, titre d’ailleurs plagié par Michael Jackson( Wanna Be starting something) et Rihanna (Don’t stop the music), Manu Dibango est considéré comme le Père de la worldmusic. Il avait poursuivi le King of Pop avec lequel il avait trouvé un arrangement financier à hauteur de 2 millions francs. Dans le cas de Rihanna il a été débouté par la justice pour avoir été payé pour l’exploitation.
« Pap Groove », tel qu’on le surnommait, a collaboré avec les plus grands artistes de son époque, « de grands musiciens africains comme Youssou N’Dour et Angélique Kidjo, des rock stars comme Peter Gabriel et Sting, des chanteurs français comme Serge Gainsbourg, Nino Ferrer ou Dick Rivers, des musiciens classiques, et, bien sûr, des gens du jazz comme Herbie Hancock, Bill Laswell ou, en France, le bassiste Jérôme Regard et le tubiste Didier Havet », rappelle FranceInfo dans un article consacré au Jazzman camerounais.

Selon RFi, « Manu Dibango est l’une des figures marquantes de l’émergence d’un son afro-occidental, trait d’union entre deux civilisations ».
Et de conclure de manière la plus élogieuse qui soit:
« L’héritage qu’il laisse, tant en termes de musique que d’approche et de démarche, est de ceux qui ne s’égalent pas. Celui d’un géant ».


L’épidémie Covid-19 découverte au mois de janvier 2020 en Chine continue sa course funèbre partout à travers le monde. Entre-temps le bilan s’élève à 7 cas de personnes infectées en Haïti. Il n’y a que le respect des consignes « barrières », avec une campagne effective, sérieuse de sensibilisation citoyenne dans les 4 coins du pays qui pourra limiter les dégâts.

Par Albert-Edner Georges

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *