De Coronavirus à Hantavirus : Point de vue sur le traitement à la chloroquine

por | 27 marzo 2020

par Dr. Emmanuel MÉNARD

Jeudi 26 mars 2020 – En pleine crise effroyable et en guerre déclarée contre le Covid 19, le monde est en passe de recevoir éventuellement (je ne le souhaite pas)la visite surprenante des Hantavirus composés de plus de vingt et une (21) espèces.
Suite au décès d’une personne à Yunnan en Chine, infectée par l’hantavirus, une suspicion légitime frisant la crainte d’une nouvelle épidémie habite tous les cœurs. Il y a de quoi retenir le souffle et de se demander dans quelle bizarrerie naturelle ou métaphysique se trouve la planète terre en l’an 2020, année bissextile qui a débuté un mercredi et vingtième année du troisième millénaire.

Coronavirus, et les langues se délient ou s’épaississent , la mémoire s’en va ou revient. Autant dire, qu’il y a un retentissent bouleversement qui semble secouer l’establishment mondial et qui fait dire aux forçats de la terre,cette commune maison des hommes: “Ceux qui ont tout souffert, peuvent tout oser “. Et naturellement, je pense à ce brave peuple qui a “inventé “ le mot liberté et s’il se répète encore qu’Haiti est une tâche sur la carte du Nouveau-Monde, c’est parce qu’en lavant l’ignominie de la traite et de l’esclavage infligé à la conscience morale des civilisés, mon pays a irréversiblement incurvé l’histoire universelle.

Coronavirus et tremble tout le monde; riches, pauvres, hommes,femmes de toutes les races et croyances, de toutes les chapelles politiques. Je dirais que mon constat, prouvant que la richesse et la pauvreté  enlèvent souvent aux êtres toute leur humanité, s’est effondré face à la détresse d’humains perdant leur arrogance et leur morgue devant l’immensité de la catastrophe imaginée.

Aujourd’hui, le monde scientifique est en ébullition. Le débat fait rage autour de l’utilisation de l’hydroxychloroquine  à des fins curatives pour les personnes atteintes du Covid 19.
A l’origine de ce débat passionnant qui divise les infectiologues du monde entier, particulièrement les français, se trouve le brillant et bruyant chercheur Didier Raoult, née au Sénégal, âgé de 68 ans, spécialiste des maladies infectieuses, professeur à la faculté de l’université d’Aix-Marseille et à l’IHU Méditerranée Infection. Professeur Raoult soutient que ses recherches et expérimentations lui permettent d’administrer à ses patients des doses de chloroquine additionnées à l’azithromycine. Et au bout de six jours, il a été constaté une baisse considérable de la charge virale.

En plein dans cet embroglio pharmaco-médical, j’ai lu avec plaisir une publication du pharmacien-chimiste Maurice Célestin-Noël rappelant les prouesses de l’illustre médecin haïtien Jean Bartoli. En effet, Haïti faisait face à une sévère épidémie de typhoïde et de malaria en même temps; au point qu’on parlait couramment mais abusivement de la TYPHO-MALARIA. Devant ce désastre annoncé où le peuple était aux abois, Dr.Batroli a eu l’intelligence heureuse d’administrer aux malades une combinaison de Chloroquine,Chloramphénicol,Ampiciline et de Cloxaciline. Une démarche couronnée de succès.

  *Chloroquine: un antipaludique de la famille des Animo-4-quinoléines utilisé dans le traitement du paludisme et employé aussi comme préventif.

  *Chloramphénicol: un antibiotique bactériostatique appartenant au groupe des phénicolés, généralement utilisé dans le traitement de la peste, la méningite,la fièvre typhoïde, le choléra.

  *Ampiciline: antibiotique de la classe des bêta-lactamines qui agit sur les infections à germes sensibles.

  *Cloxaciline: antibiotique de la même classe des bêta-lactamines du groupe des pénicillines M, efficace contre les staphylocoques, germes capables d’inactiviter la pénicilline simple.

    Si aujourd’hui la combinaison proposée par le Professeur Raoult fait des vagues dans le milieu scientifique médical, celle savamment concoctée par le Dr.Batroli ,à l’époque,a eu ses moments de gloire au bénéfice de la population haïtienne et laissée au service de la postérité.

Pour ma part et sans rentrer dans les détails, m’aventurant naturellement hors des champs de mes compétences qui sont essentiellement, la communication, le droit, l’administration publique et l’ésotérisme, je crois que face au vide, l’utilisation de la chloroquine avec des antibiotiques par des médecins en milieu hospitalier n’est pas à rejeter.Un médecin ne peut refuser de soigner sous prétexte qu’il n’existe aucun traitement tout comme un juge ne peut refuser de juger faute de textes de loi. C’est un droit fondamental que toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement par un tribunal et a droit aux soins minima que nécessite son cas.

Dr. Emmanuel MÉNARD
25 Mars 2020

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *