Première rencontre entre le SPNH et le haut commandement de la PNH via une commission de facilitation créée à cet effet

por | 29 febrero 2020

La Coordination du syndicat des policiers a rencontré ce jeudi 27 Février 2020 une Commission de Facilitation de la police, dans le cadre des premières négociations engagées sous la férule de l’Office de la Protection du Citoyen (OPC), organisme indépendant de l’Etat Haïtien.

Un différend oppose la base de la police regroupée au sein d’une organisation syndicale dénommée, SPNH (Syndicat de la Police Nationale d’Haïti) nouvellement créée et le Haut Commandement de la police autour de la création même de cette structure appelée a défendre les droits de ses membres. Deux points étaient au menu de la rencontre à savoir la réintégration des policiers syndiqués révoqués et le droit des policiers d’avoir leur propre syndicat, selon la policière Yanick Joseph, Coordonnatrice du SPNH, à l’issue de cette conversation qui a duré deux heures d’horloge.

En tenue policière et munie de son arme de service dans son étui, Yanick Joseph n’a pas voulu faire d’autres déclarations à la presse, se contentant de dire que “les négociations vont bon train”. Les syndicalistes en arme étaient accompagnés de leurs avocats, Me. Patrick Pelissier et Me. Vladimir Gassan. D’autres négociations sont prévues, sans toutefois avancer une quelconque date . Par ailleurs, la Commission de Facilitation du Haut Commandement n’a pas fait de déclarations, à leur sortie du local de l’OPC, siège des négociations.

Cinq policiers dont Yanick Joseph de la Coordination du SPNH ont ete renvoyés de la Police Nationale pour “sédition” et “incitation à la révolte” , selon un communique public du Haut Commandement de la PNH, le 18 Février dernier. Cette décision du Haut Commandement par l’entremise du Commandant par interim, Normil Rameau n’était pas sans conséquence.

Les protestataires appuyés par un autre groupe de policiers se réclamant de “509 Fantômes et Alliés” ont investi avec fracas les rues de la capitale les 19,23 et 24 Février 2020 pour faire passer leurs revendications.

(RHI/Jacques Kolo)

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *